Chronique d'une vie de classe

Les enquêtes de l’inspecteur Lafouine – n°20

« Au musée d’art moderne »

Un vol a été commis au musée d’art moderne. Pendant la vérification du système de surveillance, un malfaiteur a dérobé une œuvre d’une grande valeur : ‘‘Impacts de neige sur un mur blanc’’ du peintre polonais Vazy Vasa.

Lafouine écoute l’inspecteur Cartier qui a fait les premières constatations. « Le système de sécurité a été coupé à 20h10. La vérification a duré 45 minutes. Le voleur a utilisé un vieux conduit d’aération de cinquante centimètres de diamètre pour s’introduire dans le musée. Une fois au-dessus de la salle, il a dévissé la grille du plafond et a sauté d’une hauteur de trois mètres. Il a pris le tableau puis s’est enfui en sortant par une fenêtre ».

– Qui savait que l’alarme était contrôlée ? demande Lafouine.

Cartier sort un papier de sa poche : « A part les deux techniciens qui effectuaient l’examen, quatre personnes étaient au courant : le conservateur du musée, la secrétaire, le comptable et la femme de ménage ».

Lafouine convoque les suspects et commence par questionner les ouvriers : « Combien de temps êtes-vous restés dans lemusée ? ».

Le plus âgé des techniciens prend la parole : « Nous avons travaillé de 19h30 à 21h45, sans interruption ».

L’inspecteur interroge la femme de ménage : « Vous n’avez rien remarqué pendant votre travail ? ». La femme répond dans un soupir : « Vous savez depuis quarante ans que je travaille ici, je ne fais plus attention aux tableaux. A 20h30, j’avaisterminé, je suis rentrée chez moi ».

Le conservateur, un petit homme rondouillard, prend la défense de son employée :

« Je connais Madame Ramirez depuis longtemps. Elle fait son métier consciencieusement ».

Songeur, Lafouine se tourne vers la secrétaire, une belle femme d’une trentaine d’année : « Où étiez-vous au moment du vol ? ». « Tous les soirs, je cours dix kilomètres, affirme la secrétaire, je prépare le marathon de Paris ».

Un bruit violent fait sursauter Lafouine. C’est le comptable qui vient d’éternuer : « Excusez-moi, dit-il en se mouchant le nez, je suis allergique à la poussière. Malgré le travail de Madame Ramirez, lessalles en sont remplies ».

Lafouine fixe le coupable dans les yeux et dit avec humour : « J’espère que vous aimez les vacances à l’ombre ».

A qui s’adresse Lafouine ?

La réponse sera donnée en classe lors de notre séance de littérature consacrée à l’Inspecteur Lafouine ! 😉 

Les enquêtes de l’inspecteur Lafouine sont écrites par Christian Souchard.

Retrouvez l’ensemble des enquêtes de l’Inspecteur Lafouine à travers les différents tomes publiés aux Éditions Buissonnières