Chronique d'une vie de classe

Les réducteurs de têtes

[et_pb_section bb_built= »1″][et_pb_row][et_pb_column type= »1_3″][et_pb_text _builder_version= »3.0.90″ background_layout= »light »]
Ce n’est pas un détour par la forêt amazonienne qui nous a poussés à travailler sur le portrait réduit, mais l’étude de Rembrandt, connu notamment pour ses très nombreux autoportraits. C’est donc à partir d’un portrait en A4 quadrillé que nous avons plus ou moins minutieusement reproduit nos portraits dans un quart de A4 quadrillé.
[/et_pb_text][/et_pb_column][et_pb_column type= »2_3″][et_pb_gallery _builder_version= »3.0.90″ show_title_and_caption= »off » show_pagination= »on » fullwidth= »on » orientation= »landscape » zoom_icon_color= »#cd2651″ hover_overlay_color= »rgba(255,255,255,0.9) » background_layout= »light » pagination_font_size_tablet= »51″ pagination_line_height_tablet= »2″ box_shadow_style= »preset2″ gallery_ids= »3452,3453,3454,3455,3456,3457,3458,3459,3460,3461,3462,3463,3464,3465,3466,3467,3468,3469,3470,3472,3473,3474,3500,3501,3502,3503″ /][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]